Overblog
Follow this blog Administration + Create my blog

au fil des mois

2012-05-07T12:35:00+02:00

Happy Birthday Mister Papounet

Posted by Maman Blogueuse

Samedi, c'était l'anniversaire de Mister Papounet.

30 piges, ça se fête quand même !

 

Pour l'occasion, j'avais invité à la maison un bon nombre de nos copains. On a passé une excellente soirée, et j'vais vous dire, ça fait du bien !

Entre les enfants et le boulot, nous avons très peu d'occasion de sortir, de faire la fête, d'avoir une vie sociale en gros. On sait que ce n'est que temporaire car ils sont encore petits, mais mine de rien, merde, ça fait du bien.

 

Un truc à savoir. Monsieur est un fan ultime du PSG (l'équipe de foot de Paris pour ceux qui ne voient pas de quoi je parle). Et bon, pour ses 30 balais, j'me suis bien craquée dans le gâteau, je voulais lui faire plaisir, je voulais qu'il ait un souvenir mémorable. Aussi, j'ai opté pour un gâteau à l'éphigie de son équipe fétiche. Et croyez moi, il a fait sensation !!!

 

anniv.jpg

(bon et là vous savez désormais comment s'appelle Mister Papounet lol)

 

J'ai commandé ce gâteau chez les mêmes que ceux qui ont fait notre gâteau de mariage. Vous pouvez y aller les yeux fermés, c'est une tuerie ! Donc pour les curieux, il s'agit de Gâteau Création.

 

Voilà, je souhaite encore un joyeux anniversaire à mon homme. Et dans moins de 3 mois maintenant, c'est mon tour....

 

 

Crédit Photo : un pote à nous, Jay.

See comments

2012-05-02T14:08:00+02:00

Tiiiiiiichoouuu ? A Taaaaaaaaaaable !!!

Posted by Maman Blogueuse

stickers_bulle_a_table_04109-copie-1.jpg

 

Mis à part l’heure du coucher dont Mister Papounet nous a relaté la dure réalité la semaine dernière (et que vous pouvez retrouver ici), il existe dans une journée un autre moment où on a envie de se mettre la tête dans les canalisations, en espérant qu’elles ne soient pas bouchées... C’est l’heure du repas.

Chez nous, manger c’est un moment crucial. On ne déconne pas avec la bouffe. On aime les bonnes choses, on aime faire la cuisine, trouver des recettes sympas, se faire plaisir.
Aussi, quand Tichou a commencé à être diversifié, on se disait que ce serait vachement bien quand il pourrait manger autre chose que de la purée. Purées que je lui ai (pratiquement) toujours fait moi-même, avec moult variétés de légumes, moult saveurs différentes. Purées qu’il a toujours dévorée avec appétit (et je ne vous parle même pas des compotes pomme-poire-vanille).

Et puis il a eu 2 ans.
Maintenant, quand il s’agit de passer à table, c’est le début des emmerdes. Déjà, pour le faire asseoir sur une chaise. N’importe laquelle (du moment que ce n’est pas la chaise haute de sa sœur), on s’en fout. Mais s’il y est, le but, c’est qu’il y reste. Pas qu’il joue aux chaises musicales pendant tout le repas.

Avec Tichou, il y a des prérequis si tu veux qu’il se nourrisse : il faut ôter de son regard tout ce qui pourrait de près ou de loin ressembler à :
- du pain
- du jus de fruit
- du chocolat
- du fromage
(en écrivant ses lignes, je me demande tout d’un coup de qui il tient…)

Une fois cela validé, et comme on essaye toujours plus ou moins de lui faire des repas équilibrés, on peut lancer les hostilités.

L'entrée : Les crudités essuient malheureusement un refus systématique. Sauf quand il s’agit de tomates, et encore, ça dépend de quel pied il s’est levé le matin. Ou s’il y a papi et mamie dans les parages. Je sais pas pourquoi, papi et mamie ont des pouvoirs hors du commun. Ils arrivent à faire manger un Tichou récalcitrant en moins de temps qu'il ne faut pour changer une couche. Des fois, on mettrait bien papi et mamie dans le placard (ou dans la poche), pour pouvoir les ressortir dès qu'on a envie de démissionner de notre rôle de parent. Malheureusement, ce n'est pas possible.

Le plat : Il a dû décréter que les légume, c’était de la daube et qu’il n’était pas un lapin. De temps en temps, on arrive à lui faire avaler la moitié d’une boite de soupe Liebig (oui, parce qu’en plus d’être chiant à table, le Tichou est difficile). Les pâtes et le riz, c’est à petite dose. Même un couscous ne trouve grâce à ses yeux. Propose lui de la viande par contre, tu feras son bonheur. En général, un refus s'accompagnera d'un "non pas bon" (alors qu'il n'a même pas goûté), et d'un repoussage ostentatoire de l'assiette. Fais mine de lui reproposer, tu auras le droit à un beau scandale. Parce que non faut pas déconner, il a déjà dit non une fois poliment, mais faut pas pousser mémé dans les orties non plus.

Le dessert : Après avoir demandé 9 vaches-qui-rit (bah oui, on a la dalle à 20h quand on a rien avalé de la soirée, faut bien compenser), il veut le yaourt de sa sœur (et pas un autre), ainsi que sa compote. Propose-lui un truc qui sort du frigo, il te le balancera à la gueule et se roulera de colère sur le carrelage du salon.

Je ne vous parle même pas de l’eau, qu’il n’accepte de boire qu’à la bouteille ou à la petite cuillère.

 

Et quand je regarde ChoupChoup qui se délecte de mes purées, je crains le pire pour les mois à venir, quand elle aussi sera dans cette phase de merde d’opposition des 2 ans. Cette phase qui vous donne envie de prendre votre gnome par la peau des miches et de le coller dans son lit sans manger pour qu’il comprenne que merde, on veut bien être sympa et marrant comme parent, mais faudrait pas non plus pousser le bouchon un peu trop loin. Hein Maurice ?

 

 

Crédit photo : Mandellia

See comments

2012-04-20T15:38:00+02:00

Parents, fins stratèges ?

Posted by mamanblogueuse

basket.jpg

 

Dans une vie de famille, on pourrait des fois avoir l’impresison qu’il y a deux équipes : les rouges (les parents), et les jaunes (les gnomes).
Les jaunes sont tous mignons, tous gentils en général, mais faut pas trop les contrarier, sinon ça part en live assez rapidement. Les jaunes sont bruyants. Les jaunes n’écoutent pas ce que les rouges leurs disent. Les jaunes aiment quand les rouges sont à leurs petits soins. 
Les rouges, les sages, sont obligés de faire preuve de vilaines stratégies pour obtenir gain de cause. Les rouges sont patients (enfin pas toujours). Mais les rouges n’aspirent presque qu’à une seule chose : l’obéissance des jaunes.
Être parent, c’est vivre  dans une ambiance digne de Koh Lanta.

 

Bref. Avant d’avoir un gnome, on se dit tout plein de choses, on a plein d’idées préconçues sur comment on fera, comment on voit son éducation. Les choses qu’on n’acceptera, la façon dont on appréhendera les choses quand il y aura un souci.
Et puis vient l’heure où on devient parent.
Et là, ça se complique. Parce que qu’on se le dise, un gnome, ça se contrefout royalement des principes de ses parents. 

 

 Exemple : Tichou est, comme vous le savez, en plein dans sa phase « Terrible Two ». Il n’y a pas 36 moyens de le faire obéir sur des points particuliers comme mettre ses chaussures, mettre son manteau, aller se coucher, rentrer à la maison, manger, changer la couche,… (des trucs non négociables quoi en gros)

 

Ça commence toujours gentiment.
« Tichou, mets tes chaussures. Tu sais le faire tout seul. Regarde, tout le monde a ses chaussures ». Jusqu’au moment où il se barre en courant dans l’appart ou qu’il s’allonge sur le sol en refusant qu’on l’approche.

Là il faut trouver un truc. Soit on le choppe de force et on lui met ses pompes en pestant. Ce qui peut nous arriver certes quand on est vraiment pressés, mais en soit, ce n’est pas ce que j’appellerais une façon de faire très intéressante. Le « tu te tais et tu obéis », c’est pas trop notre truc. Soit donc on essaye de trouver des stratagèmes.

 

Premier stratagème : Tichou, tu veux aller chez Nuna ?
Réponse : Non (s’il disait Oui tout de suite, ce serait un peu trop simple non ?)

 

Deuxième stratagème : Tichou, tu veux faire du toboggan ?
Réponse : Oui
Le parent (persuadé intérieurement d’avoir gagné la partie) : très bien, il faut mettre les chaussures alors.
Tichou : Non
Le parent : Mais si Tichou, mets tes chaussures pour faire du toboggan.
Tichou : Non

 

Troisième stratagème : Tichou, tu veux voir les copains ?
Réponse : Oui
Le parent : tu veux voir les copains, et faire du toboggan avec les copains ?
Tichou : Oui
Le parent : OK, alors mets tes chaussures, on va chez Nuna qui t’amènera au parc faire du toboggan avec les copains.
Réponse : Non

 

Quatrième stratégie : Tichou, tu veux mettre tes bottes ?
Réponse : Oui

 

Nota 1 : le coup des bottes, ça marche toujours. Tant pis, il n’est pas bien habillé, il n’est pas raccord. Il a déjà décidé de dire « fuck » aux dictats de la mode il faut croire (et à nous aussi par la même occasion).
Nota 2 : je ne vous ai même pas parlé de son grand kiff : se barrer en courant sur le parking alors qu’on a sa sœur et les sacs dans les bras.

Conclusion : le principe étant d’amener le gnome à faire ce que tu veux lui faire faire, en lui faisant croire que ça vient de lui. Une grosse arnaque en gros…

 

 

Et vous, comment gérez vous les phases d’opposition de vos enfants ?

 

 

Crédit photo : Goeland

Rendez-vous sur Hellocoton !

See comments

2012-03-14T15:54:00+01:00

Les progrès de ChoupChoup

Posted by mamanblogueuse

images1-97x150.jpg

 

ChoupChoup, elle grandit. Le hic, c’est quand ses neurones se développent trop vites pour ses capacités motrices. Ça sent la frustration à plein pif.

 

En ce moment par exemple, son délire c’est de vouloir marcher. Elle n’a même pas 9 mois, ne pèse même pas 8kg, c’est une crevette, mais elle a un fichu caractère et une volonté de fer (vooouuuuuuuiiiii c’est ma fille).

 

Depuis 2 mois déjà, dès qu’on la met debout, elle te sort un sourire qui déchire tout. Le plus beau sourire du monde (normal hein, c’est de ma pepette qu’on parle). Un sourire qui veut dire « putain, j’suis trop douée, t’as vu ça, debout c’est trop la classe ».

 

 Mais voilà, madame ne veut évidemment pas s’arrêter là.
Maintenant, debout ça ne suffit plus. Il faut que ça bouge. Malheur à toi, pauvre parent, si tu essayes ensuite de l’asseoir ou encore pire, de l’allonger.
T’auras le droit au scandale le plus retentissant possible.

 

Donc depuis quelques jours, il faut la faire marcher. Et elle a bien compris le principe. Le truc, c’est qu’elle ne tient pas encore sur ses guiboles, et donc elle se viande toutes les 2 minutes. Mais chaque jour, y’a du progrès. Hier par exemple, la nounou ne lui maintenait que les mains et elle avançait seule. Et elle a fait le tour du parc comme ça. Fière d’elle comme un pou.

Quand je compare avec son frangin, qui lui n’a réclamé ce genre de truc que passé son premier anniversaire (7 mois de 4 pattes l’animal), ça fout l’angoisse sur la vitesse de progression des bébés.

 

Prochaine étape : qu’elle marche enfin, qu’elle se maintienne seule parce que la faire marcher, c’est marrant 5 minutes, mais bon, c’est vite gonflant quand même et mon dos il morfle assez comme ça.

Si on ajoute à celà le fait qu’elle commence à réellement causer, ça fout le j’tons. Et oui, parce que maintenant, elle dit papa, maman, i-i (chipie, le chat), dédé (son frangin, qui non, ne s’appelle pas Dédé). Et « non ». Putain, elle dit « non ». Le début des emmerdes….

 

 

 

Et vous, quand vos bébés vous ont-ils fait comprendre qu’ils avaient besoin et voulaient se déplacer seuls ? Sont-ils passés par la phase 4 pattes ? Comment avez-vous géré cette période ?

 

 

Crédit photo : Famili

Rendez-vous sur Hellocoton !

See comments

Girl Gift Template by Ipietoon - Hosted by Overblog